NON, l'Etat n'a pas à financer la construction de mosquées !

Publié le par L'informateur

Bien entendu, un financement par l’Etat est totalement contraire à la loi de 1905 dite de séparation de l’Eglise et de l’Etat, qui déclare dans son article 2 : «  La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

Nicolas SARKOZY a proposé d’aider à la construction des édifices confessionnels et à la formation des ministres du culte. En pratique les mosquées sont souvent financées par les Etats étrangers (Arabie Saoudite, Maroc, etc…). Cependant pourquoi les musulmans ne devraient-ils pas construire leurs mosquées avec leurs propres deniers, comme c’est le cas pour les autres religions ? Pourquoi faire de la religion musulmane une exception ?

 

Revenons pour cela sur la loi de 1905 :

Avant 1905, les églises ont été construites par la générosité des fidèles et non par l’Etat : depuis le Moyen Age et dans les siècles qui ont suivi, les cathédrales comme les simples églises n’ont été financées que par la charité, les dons des fidèles. En 1905, l’Etat a nationalisé les églises et il a transféré la propriété des simples églises aux communes et des cathédrales à l’Etat. Depuis cette spoliation, municipalités et Etat doivent entretenir les églises, ce qu’ils font d’ailleurs d’une manière fort inégale suivant les cas, puisque certaines sont fort bien restaurées, alors que d’autres menacent de tomber en ruine. Ce n’est pas un privilège donné à l’Eglise catholique, c’est au contraire le résultat d’une spoliation, d’une nationalisation. L’Etat ne peut pas être propriétaire sans assumer ses devoirs de propriétaire. Cela porte sur 45 000 églises et 95 cathédrales.

Ensuite, il y a le cas des églises construites après 1905. Celles-ci ont été entièrement financées par les fidèles, puisque la loi de séparation interdit tout financement public des cultes. Bien entendu, ce sont les diocèses qui en sont propriétaires et qui doivent donc en assumer l’entretien. Des quêtes spécifiques ont lieu pour cela et cette charge est lourde. L’Eglise a ainsi construit, depuis 1905, 2014 églises, en général dans des quartiers urbains nouveaux. D’autres constructions seraient nécessaires, mais le rythme dépend de la générosité des fidèles et non de la puissance publique, qui ne peut légalement y participer.

 

Au fond, la situation des musulmans est au fond comparable à celle que les chrétiens ont toujours vécu, celle de subvenir eux-mêmes à leurs besoins dans le respect de la loi de 1905. Si la générosité des fidèles musulmans est insuffisante, il ne tient qu’à eux de faire un effort collectif. En effet on ne peut exiger du contribuable français de financer un bien religieux qui n’appartient pas au patrimoine historique et culturel de notre pays.

 

Le financement des mosquées n’est donc pas admissible. Il est donc totalement inacceptable de considérer la religion comme une sorte de service public ! L’Etat français n’a pas à s’occuper de la religion musulmane. Il est d’ailleurs déjà assez scandaleux que ce soit l’Etat qui ait prétendu organiser le monde musulman, en mettant en place un conseil français du culte musulman. A quand le retour à la nomination des évêques par le chef de l’Etat ?

En revanche il est du devoir de l’Etat de s’assurer qu’une religion est compatible avec les valeurs de la Nation et sa culture qui s’est construite en deux mille ans d’histoire ! 

Merci de vos réactions !

Publié dans Religions

Commenter cet article