Ce que l'Europe coûte à la France...

Publié le par L'informateur

Selon une étude menée par Christophe Beaudouin (avocat, secrétaire général de la Fondation politique européenne pour la démocratie, conseiller du groupe Indépendance et démocratie au Parlement européen), voici le récapitulatif des dépenses européennes annuelles – quantifiables – de l’État, des collectivités locales et des entreprises françaises liées à l’intégration européenne.

Le solde budgétaire officiel (ce que verse le budget de l’État à l’Europe moins les aides directes aux agriculteurs et les aides structurelles aux régions) s’élève à   6,6 milliards d’euros. Pour obtenir le solde budgétaire apparent, il faut ajouter, au solde budgétaire officiel, les autres dépenses directes :

  1. Les mesures de soutien au développement rural, à la pêche, au développement régional, à la cohésion sociale (part financée directement par la France et qui conditionne l’octroi des aides européennes), soit 2,9 milliards ;
  2. La participation au FED (Fond d’aide au développement pour l’Afrique, les Caraïbes et le Pacifique) est de 738 millions ; 
  3. Les avances consenties par la France et non remboursées par l’Europe atteignent 250 millions ;
  4. Les amendes et astreintes journalières : 586 millions ;
  5. La promotion de Strasbourg comme capitale européenne : 28,8 millions ; 
  6. L’action européenne (crédits destinés à financer la présence d’experts dans des missions européennes) : 53,4 millions ;
  7. Les indemnités des députés : 8 millions ; 
  8. La contribution aux sept corps militaires : 11 millions.

Soit, au total, plus de 11 milliards d’euros.

Solde budgétaire réel direct :
Au solde budgétaire apparent, qui est de 11 milliards, il faut ajouter les charges de l’État, des collectivités locales et des entreprises liées à l’activité communautaire: 

  1. Le coût de la collecte des recettes fiscales affectées à l’Europe : 150 millions
  2. Le surcoût de la réglementation communautaire pour les administrations : 8,7 à 10 milliards ;
  3. Le coût de fonctionnement des organismes et du personnel affecté à la redistribution des aides communautaires : 2,2 milliards ;
  4. Le surcoût administratif pour les entreprises : 30 à 40 milliards.

Total : de 52 à 63 milliards d’euros

Publié dans Europe

Commenter cet article