La France vers la récession ?

Publié le par L'informateur

Selon les chiffres publiés, lundi 11 août, par l'Insee, la production industrielle française s'est effritée de 0,4% en juin comparé à mai, après avoir déjà chuté de 2,9% le mois précédent (2,6% initialement annoncé). Sur l'ensemble du trimestre, la production a baissé de 1,4% comparé au premier trimestre et de 0,2% comparé au deuxième trimestre 2007.

L'automobile continue de chuter

La seule production manufacturière (hors énergie et industries agricoles et alimentaires) a reculé de 0,8% après une chute de 2,7% (chiffre révisé) en mai. Les industries agricoles et alimentaires accusent un repli de 0,9%, alors que l'industrie automobile continue de chuter (-2,9%, après -7,9% en mai).
La production de biens d'équipement cède 1% en juin après 1,2% en mai, avec une baisse marquée dans les équipements électriques et électroniques (-3,4%).
La production de biens intermédiaires diminue également (-0,4%), alors que celle du secteur énergétique rebondit de 1,4%, après une chute de 4,8% le mois précédent, et celle de la construction également (+0,7%).
La production de biens de consommation rebondit aussi: +0,5% (après un recul de 1,5% en mai), malgré une nouvelle baisse dans le secteur "habillement, cuir" (-2,3%).

Les analystes unanimes

Ce recul global de 0,4% de la production industrielle a alarmé les analystes. Ainsi, Mathieu Kaiser (BNP Paribas) juge que le chiffre de la croissance du PIB pour le deuxième trimestre, qui sera publié jeudi, sera très faible, voir négatif.
"On peut quasiment parler de récession industrielle", renchérit Nicolas Bouzou, d'Asterès, qui table sur une croissance de +0,1 ou +0,2% au deuxième trimestre.
"Tous les voyants sont dans le rouge, ce qui ne peut que renforcer nos craintes d'une très mauvaise surprise pour la croissance du deuxième trimestre", estime également Alexander Law, de Xerfi.


Des politiques qui naviguent à vue

Ces données qui assombrissent à nouveau le moral des ménages, sont à mettre en regard de l’optimisme béat et de l’aveuglement de la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, cherchant à tout prix à masquer la réalité. Mais comme toujours, les faits sont plus forts que les mots !

Dans ces circonstances préoccupantes, comment croire que ce gouvernement puisse encore trouver des solutions pour doper la croissance française ? 
 

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article