Les prisons pour mineurs, nouvelles zones de non-droit !

Publié le par L'informateur

Près des deux tiers des 50 agents de l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Marseille se sont rassemblés aujourd’hui à 6h30 devant la prison pour dénoncer les conditions de travail insupportable et le manque d’effectifs pour faire face à la violence, a indiqué le syndicat Ufap (Union Fédérale Autonome Pénitentiaire), selon le Figaro.

« Les gens en ont ras le bol de se faire insulter, humilier, agresser par les mineurs en détention. Depuis l’ouverture du centre, il y a 2 ou 3 agressions par mois, ce n’est plus possible », a-t-il déclaré à l’AFP. Le secrétaire régional de la CGT pénitentiaire renchérit : « L’EPM devient une zone de non-droit, on ne peut plus faire d’éducatif. Nous demandons que tout mineur qui agresse un personnel soit exclu de l’EPM ». Une demande fort logique, qui devrait déjà être appliquée, si le bon sens faisait partie de la logique judicaire.

On assiste à une véritable inversion des rôles dans cet établissment pénitentaire où ces mineurs veulent faire respecter "leur" loi. Ces incidents graves révèlent une fois de plus l’inadéquation de l’arsenal répressif judiciaire face à la délinquance montante qui ose s’affirmer jusque dans les centres éducatifs payés par les contribuables français.

Publié dans Insécurité

Commenter cet article

Eliot 03/10/2008 11:24

Il faut pas s'étonner que ces jeunes soient comme ça, personne n'ose leur clouer le bec pour les calmer. C'est pitoyable ! C'est encore les contribuables qui trinquent en payant des éducateurs pour ces délinquants, alors que la faute incombe en premier aux parents qui n'éduquent pas leurs enfants. C'est davantage des stages pour les parents qui devraient être proposés.