Egypte : la chasse aux Chrétiens continue

Publié le par L'informateur

Des musulmans de la ville de Farshoot située en haute Egypte à 300 kilomètres au sud du Caire ont incendié des magasins et des voitures appartenant aux coptes, à la suite de l’arrestation d’un jeune copte de 21 ans, accusé d’avoir violé une adolescente de confession musulmane âgé de 12 ans. Les incidents se sont produits dans la soirée et la nuit du 21 novembre dernier et ont touché les villages voisins de Kom Ahmar, Shakiki et Ezbet Waziri. La foule qui s’était pendant toute une partie de la journée massée devant le commissariat de Police de Farshoot a d’abord tenté sans y parvenir d’en extraire le présumé violeur avec l’intention de le tuer, avant de se répandre dans la ville pour se venger en s’attaquant aux biens des chrétiens. D’après des témoins, les émeutiers ont brûlé des croix faits avec des bouts de bois en criant Allah Akbar !, le cri de ralliement des fanatiques musulmans. Des familles chrétiennes ont été jetées dans la rue, puis leurs biens livrés au pillage, toujours d’après des témoins. Un prête copte, le père Benja min Noshi aurait été grièvement blessé à la tête alors qu’il circulait à bord de son véhicule, et au moins 7 femmes coptes d’après des bruits non confirmés auraient été kidnappées. D’après l’Eveque Kirollos qui s’est confié au site internet d’information Free Copts, ces incidents étaient prémédités, et le présumé viol de la jeune fille musulmane aurait servi de prétexte à un pogrome planifié par les étudiants de l’institut Al-Azhar de la ville. La culpabilité du jeune homme n’a pas été encore prouvée, et le prêtre de l’église Saint Michel de Farshoot a dit que d’après ses informations recueillis auprès des enquêteurs de la police judiciaire, la jeune fille victime du viol n’aurait avec certitude reconnu de son agresseur que la couleur noire de sa veste. Ces incidents qui s’ajoutent à tous ceux qui se sont égrenés le long de cette année en haute Egypte, témoignent encore une fois si besoin était que les chrétiens sont considérés en terre d’Islam comme des citoyens de seconde zone, bons pour le lynchage en guise de justice. Cette fois encore la passivité des forces de l’ordre devant les émeutiers a eu pour résultat d’encourager ces derniers à commettre leurs exactions.
Source

Publié dans Religions

Commenter cet article

Comprateur de mutuelles 10/09/2012 10:08


Hélas, la situation est certes malheureuse mais bien réelle

mutuelle senior 03/11/2010 08:31



vraiment des extremistes...:S